L'agrivoltaïque un concept en devenir

L'agrivoltaïque un concept en devenir

Catégorie : Actualités des ENR | Publié le 06/03/2019 | Il y a

A l’heure où certaines exploitations agricoles sont à la peine, l’agrivoltaïque peut parfois apporter un produit complémentaire bienvenu dans la consolidation de leurs comptes de résultats.

Parmi les sources et les supports de production d’énergie renouvelable, l'agrivoltaïque est en plein essor depuis quelques années. Sous des formes variées. En effet, à l’heure où certaines exploitations agricoles sont à la peine, l’agrivoltaïque peut parfois apporter un produit complémentaire bienvenu dans la consolidation de leurs comptes de résultats.

On parle d’agrivoltaïque lorsqu’on associe une solution de production d’énergie renouvelable d’origine solaire (panneaux photovoltaïques) à une activité agricole. Les cas de figure les plus fréquents sont l’installation de serres photovoltaïque ou la mise en place de panneaux sur des hangars agricoles.

Certaines exploitations, par leur configuration, se prêtent à la réalisation de centrales au sol. Or, la mise en œuvre de panneaux photovoltaïques sur des hectares de terres destinées à l’agriculture n’est pas toujours évidente, en raison d’une certaine réticence des organes de décisions, et les porteurs de ce type de projets doivent apporter des garanties.

Le facteur déterminant pour l’acceptabilité d’un projet d’agrivoltaïque basé sur une centrale au sol, est sa faculté à préserver les terres agricoles. Ces dernières, en effet, représentent une richesse incontestable pour un pays comme la France. Et à l’heure où l’on parle de plus en plus de circuits courts et d’agriculture « bio », les terres agricoles apparaissent comme une ressource de premier ordre. Qu’il convient de préserver.  Les chambres d’agriculture, et plus spécifiquement les CDPENAF ont ce rôle de régulateurs.

Or, s’il fut un temps où les projets de centrales au sol se voyaient expédiés au fond des tiroirs, ces derniers aujourd’hui ne sont plus systématiquement rejetés par les instances. Au contraire, ils font l’objet d’une étude environnementale et économique. Car au-delà du maintien d’une activité agricole en difficulté, les retombées économiques locales sont avérées.

Un projet agrivoltaïque qui présentera des garanties quant à la préservation des terres et le maintien d’une agriculture pérenne, a de fortes chances d’être avalisé.

Plusieurs cas de figure sont ainsi propices à être dorénavant bien mieux accueillis. Ainsi, la combinaison des panneaux au sol avec les cultures, l’irrigation, l’élevage d’ovins, etc… Mais parfois également, la mise en place de panneaux dans des portions de terres plus arides ou présentant des déclivités importantes rendant leur exploitation délicate, voire non rentable. Ces terres sont alors sources de revenus. La technologie aidant, avec l'orientation des panneaux rendue possible grâce à des trackers suivant le soleil. Ou encore la préservation des cultures contre les éléments naturels, etc…

En conclusion, synthèse d'une combinaison gagnante entre l'agriculture et le photovoltaïque, l’agrivoltaïque va certainement être au cœur de nombreux débats et sujet d’études dans les mois et années qui viennent, car il est pour l’agriculture un moyen non négligeable de maintenir les productions locales, voire de créer de nouvelles richesses. Et il serait regrettable de s’en priver.

Partager cet article